Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

C'EST QUI M.S. ?


Bienvenue à tous sur le blog d'une jeune Parisienne d'adoption... Cliquez sur la photo, et vous en saurez plus...

City Expert: Paris
by Easytobook.com

SUIVRE LE FIL

LA P'TITE PAUSE

Music please! Je renonce à classer cette sélection, je vous laisse piocher :-).

Découvrez la playlist Inside Paris list
11 mai 2013 6 11 /05 /mai /2013 09:57

Les faits divers vous fascinent? Une âme de touriste se cache sousvotre carapace de Parisien grincheux? Vous appréciez les visites insolites pour découvrir des pépites ou voir différemment les monuments si connus de la capitale? J’ai plein de trucs pour vous...

 

Une nuit de mystères - Curiocités

 

curiocites parisOn commence de nuit, car c’est ainsi que j’ai découvert la balade du Paris criminel organisée par Curiocités à l’occasion de la deuxième édition de Paris Face Cachée, en février dernier. Vous ferez la connaissance de personnages charmants. Un voleur de Joconde, des assassins comme Landru et Petiot, des fantômes aussi... Jean l’Ecorcheur, par exemple, a longtemps hanté les Tuileries après qu’on a construit le Palais sur ses anciens abattoirs, à l’insu de son plein gré. Mais il fut un spectre bien intentionné: il apparaissait pour prévenir qu’un malheur allait arriver. Malheur qui tomba sur les rois maudits par le Templier Jacques de Molay exécuté sur l’île de la Cité au XIVe siècle. Malheur qui s’abattit aussi sur 26 jeunes hommes disparus près de Saint Germain l’Auxerrois, au XVIIe siècle, victimes d’une mystérieuse princesse polonaise, la comtesse Jaribowska. J’en passe et des plus sordides. De jour, l’effet morbide des histoires racontées sera sans doute moindre. Mais pas le dynamisme de la jeune guide!

 

Paris Criminel et Mystérieux, par Curiocités

Balade de 2h, 17 euros, départ de Palais-Royal

Prochain rendez-vous, le vendredi 31 mai à 18h

 

Mais que fait la police? - Les visites de Théo

 

pilori hallesDes faits divers aussi dans cette autre visite guidée du coeur de Paris, mais avec un ton bien différent. Une historienne des visites de Théo vous guidera de récits en récits dans le quartier des Halles pour mieux rebondir et vous parler de l’appareil policier ou de la justice française au fil des siècles. Dans le “ventre de Paris”, on découvre Casque d’Or, célèbre prostituée prise entre deux bandes rivales d’Apaches, quand le crime organisé s’est réorganisé dans l’est et le nord de Paris tandis que le baron Haussmann redessinait les quartiers nobles de la capitale au XIXe siècle. Au coin de la rue, un fait divers permet d’introduire l’histoire du pilori des Halles (cf la gravure) ou des exécutions publiques (jusqu’en 1939), ainsi que des chiffres sur la police et leurs enquêtes au fil des siècles. On en apprend plus aussi sur la définition du crime selon de grands “artistes” comme Lacenaire ou le véritable Arsène Lupin, sympathique et dérangeant à la fois. Pas de faits divers récents dans cette visite, ni de légendes: que des faits, de l’histoire, des chiffres, du vrai. L’historienne-guide refuse de donner dans le “du sang, du sang, du sang”. Passionnant et de très haut niveau.

 

Paris criminel, Paris assassin, par Les Visites de Théo

Balade de 2h, 12 euros, départ de Châtelet-les Halles

Prochain rendez-vous le samedi 18 mai à 14h

Deux autres visites disponibles sur le même thème

(Paris meurtrier dans le quartier latin, Paris policier sur l’île de la Cité)

 

Suivez le guide - Le Guide du Paris des faits divers

 

guide fait divers parisPas envie de suivre une visite guidée, vous préférez découvrir par vous-mêmes? Alors fiez-vous au Guide du Paris des faits divers. Contrairement à notre historienne, là il est bien question de faits divers sordides, souvent récents. Le site de Metro en a fait une carte. Exemple avec la Tour Eiffel, monument inspirant: un homme s’en élança, déguisé en chauve-souris en 1912: un autre la vendit à un ferrailleur en 1925, sans compter les tentatives d’attentat au fil des décennies. 1400 faits divers sont référencés dans 800 lieux parisiens. Glaçant.

 

Guide du Paris des faits divers

de Serge Garde, Valérie Mauro, Lucas Gardebled et Rémi Gardebled

Ed. Le Cherche Midi, réédition en février 2013.

22 euros

 

Comme si vous y étiez - Le Manoir de Paris

 

manoir de parisSi ces deux visites et cette bible du fait divers n’étanchent toujours pas votre soif de sensations fortes et de frissons, alors direction le Manoir de Paris. Un petit bout d’enfer au 18 rue du Paradis. Cet immeuble-attraction revisite les légendes de la capitale, du fantôle de l’Opéra à Nicolas Flamel en passant par le vrai Sweeney Todd français, ce barbier qui utilisait bien pire que de la viande de cheval pour ses pâtisseries.

 

Le Manoir de Paris est ouvert le Vendredi (18h-22h) et le samedi-dimanche (15h-19h)

A proximité des stations de métro Poissonière, Bonne nouvelle, Gare de l'est, Gare du nord

Tarif normal: 20 euros

Tarifs réduits: 18 euros (jeunes de moins de 18 ans, étudiants, chômeurs…), 15 euros (jeunes entre 10 – 15 ans).

 

M.S. qui frémit d'effroi et vous promet un post tout doux et caféiné par la suite, pour vous remettre de vos émotions...

Repost 0
Published by Marie Simon - dans La vie parisienne
commenter cet article
18 avril 2013 4 18 /04 /avril /2013 11:20

kiosque parisDepuis hier, mercredi, Paris aime ses kiosques. En fait non, cela fait 150 ans que la capitale les aime, mais l’opération qui porte ce nom a commencé mercredi pour marquer cet anniversaire. Jusqu’à dimanche, les 340 kiosques parisiens sont à l’honneur sur le parvis de l’Hôtel de Ville et dans les 20 arrondissements.

 

L’occasion aussi d’en savoir plus sur les kiosquiers qui les animent/bichonnent malgré des conditions économiques difficiles. Le Monde les qualifiaient même “d’espèce en voie de disparition” dans ce chouette mini-webdoc.

 

Demandez le programme!

 

M.S. qui vous invite à trouver le kiosque le plus proche de chez vous pour aller faire une bise à votre kiosquier!

 


Afficher Kiosques sur une carte plus grande

Repost 0
Published by Marie Simon - dans La vie parisienne
commenter cet article
5 avril 2013 5 05 /04 /avril /2013 21:29

paris biffe biffins

La région parisienne pourrait bientôt compter un nouveau "carré des biffins". Après les zones déjà prévues dans le XVIIIe et le XIXe arrondissements de Paris, c'est à Montreuil que les vendeurs d'objets de récupération ont pu s'installer temporairement sur un petit emplacement, dans la halle du marché. Après l'expérimentation mi-mars, la mairie réfléchit à une solution plus pérenne.

 

Concrètement, pour obtenir le droit de s'installer sur ces zones réservées, il faut payer 2 à 5 euros. Une somme inférieure à ce qu'il faudrait payer pour participer à une brocante, mais pas si symbolique que cela pour ces "chiffonniers" des temps modernes qui récupèrent des objets parfois dans les rues de nuit, rafistolent des vêtements ou des chaussures, réparent des petits appareils ménagers, associent des objets dépareillés, décomposent et recomposent des biens pour les revendre. Ce n'est souvent pas par plaisir: beaucoup d'entre eux sont des chômeurs ou des retraités, des étrangers parfois sans-papiers qui enchaînent des petits boulots à temps partiel (voir les témoignages recueillis par Le Parisien), et tous aimeraient simplement manger un peu plus d'épinards avant de songer à y mettre du beurre.

 

Cette option répond à la demande d'un "droit à la biffe", défendu par plusieurs associations, comme Amelior, La Mifa ou Aurore. Leur but: faire en sorte que les "biffins" ne soient pas traités comme des vendeurs à la sauvette par les services de police. En effet, comment faire la différence, de prime abord, entre un téléphone portable trouvé dans la rue et retapé... et un téléphone portable volé? C'est là que les "carrés de biffins" apportent un début de solution, à leurs yeux: ceux qui y disposent d'un emplacement signent une charte en même temps qu'ils paient le forfait déjà mentionné, et par cette charte, ils s'engagent à ne vendre que des produits de seconde main, excluant tout produit neuf, contrefait ou volé. En contrepartie, ils exercent leur activité dans un cadre plus sécurisé et serein.

 

Une formule qui va sans doute se développer, à mon avis, vu les perspectives économiques peu réjouissantes. D'autant qu'elle répond à la demande de nombreux Parisiens de consommer plus responsable... et moins cher.

 

M.S.


Repost 0
Published by Marie Simon - dans La vie parisienne
commenter cet article
6 février 2013 3 06 /02 /février /2013 10:24

brasserie paris goutte d or bis

 

“La bière Gallia, de Paris? Non mais elle est Tchèque, en vrai. Les seules bières faites à Paris, ce sont celles des pubs Frog and Rosbif, celle de O’Neil rue des Canettes... et la nôtre!” Voilà, l’équipe de la Brasserie de la Goutte d’Or campe le paysage à sa façon. D’autres villes que la capitale ont déjà davantage cédé à la nouvelle vague des micro-brasseries, qui a fait passer le nombre de brasseurs en France de 20 dans les années 1980 à 470 aujourd’hui, selon les chiffres de la maison. Mais le phénomène n’est sans doute pas terminé, nourri par le retour au terroir, aux circuits courts de distribution et au local.

 

Le terroir à la Goutte d’Or? La brasserie du quartier le revendique haut et fort, et mise sur le métissage des goûts. On le retrouve dans les saveurs épicées très marquées des quatre bières proposées, qui portent des noms de rues du quartier (Myrha, Château-Rouge, Charbonnière et Ernestine). Cela dépend des ajouts: dattes, roiboos, noix de cola... se mêlent aux traditionnels ingrédients, malt, houblon, levure et eau.

 

brasserie paris goutte d or

 

Le tout brassé sur place, et visible au 28 rue de la Goutte d’Or dans un très joli local inauguré en octobre 2012. Je ne sais pas si vous aurez droit à la même visite que moi (via Paris Face Cachée il y a quelques jours) mais rien que parler bière avec l’équipe est un régal! Leurs produits sont aussi disponibles dans plusieurs caves parisiennes dont ils ont établi une carte, ainsi que via des associations et autres Amap. Et pourquoi pas miser sur des lieux décalés... voire luxueux? “On n’est pas prêt à attaquer Colette!” Pas encore?

 

M.S. qui a la tête qui tourne un peu

 

Informations pratiques:

Brasserie de la Goutte d'Or

28 rue de la Goutte d'Or, 75018 Paris

Email et téléphone sur leur site web

Repost 0
Published by Marie Simon - dans La vie parisienne
commenter cet article
6 janvier 2013 7 06 /01 /janvier /2013 15:28

Non, je ne parle pas de la bruine qui tombait sur la butte Montmartre ce dimanche matin... mais de la Traversée de Paris. Rolls Royce, Triumph, Ferrari, MG, Combis Volkswagen, vieilles Peugeot et autres objets roulants plus ou moins identifiés ont parcouru la capitale (République, Montmartre, Concorde, Invalides, Bastille...) pour se retrouver sur le parvis du château de Vincennes. L'événement était organisé par l'association Vincennes en anciennes.

 

Traversée de Paris, Voitures, Triumph, Montmartre

 

Point commun: les carrosseries rutilantes trahissent le soin que les propriétaires accordent à leur joujou sur roues. Deux, trois ou quatre, les roues, selon qu'ils chevauchent une ancienne moto, roulent à bord d'un bolide de course ou conduisent une voiture plus classique. Les accessoires variaient selon les modèles. Ici le chapeau melon agrémentait un Trèfle Citroën jaune (années 20 si je ne m'abuse). Ailleurs, c'est une caméra GoPro qui permet aux conducteurs d'immortaliser leur balade pétaradante.

 

Traversée de Paris, Voiture, Trèfle Citroën, Montmartre

 

Traversée de Paris, Delanoë, voituresCette 13e Traversée de Paris a aussi permis à certains d'envoyer un message pas du tout subliminal à la mairie de Paris. Dans le cadre de son plan anti-pollution, Bertrand Delanoë souhaite interdire la circulation, intra-muros, des véhicules de plus de 17 ans. L'équivalent d'une "déclaration de guerre aux anciennes" selon l'un des participants. Carrément!

 

M.S. qui se promet de participer un jour au volant de cette sublime Sunbeam Alpine, si si!

 


 


Repost 0
Published by Marie Simon - dans La vie parisienne
commenter cet article
24 décembre 2012 1 24 /12 /décembre /2012 10:16

musee des arts forains, parisCoincés à Paris après la fin du monde, vous n'aviez rien prévu pour vous divertir après la date fatidique et passer de joyeuses fêtes comme de vrais gamins dans la capitale? Ah la la... Heureusement, j'ai un petit conseil pour vous: foncez au musée des Arts forains qui n'a pas cru les pseudo-Mayas et ouvre exceptionnellement du 26 décembre au 6 janvier.

 

Installé aux pavillons de Bercy, ce lieu empreint de nostalgie vous permet de plonger dans les fêtes foraines du passé. J'y ai fait un tour lors de leur dernière ouverture, pour les Journées du Patrimoine, et j'en garde un souvenir très précieux. Faut dire que niveau gamineries, je ne suis jamais rassasiée.

 

Un manège ancien en bois qui ne tourne que si vous pédalez de toutes vos forces sur les vélos qui le composent? Ils en ont un. Une course de garçons de café, un jeu en bois où vous faites avancer des figurines en bois en jetant une balle dans des trous qui comptent pour 1, 2 ou 3 points? Aussi au rendez-vous. J'avoue même un plaisir coupable: j'ai battu des gosses, les parents m'ont maudite! Bref... Une licorne? Pas besoin d'aller en Corée du Nord, il y en a une à Paris. Balançoires, jeux de massacres et manèges plus classiques sont aussi au rendez-vous.

 

D'ordinaire limité aux visites sur réservation, pour individuels ou en groupe, le musée ouvre donc pour les fêtes, au tarif unique de 12 euros. Pour ce prix-là, vous aurez un ticket pour une attraction en plus. Je suppose que cette nouvelle ouverture exceptionnelle en période de fêtes sera riche en activités Noël-istiques!

 

Rien que de vous en parler, et j'ai envie d'y retourner... Mais je ne peux pas, j'ai déjà rendez-vous avec Mickey!

 

M.S. qui n'a pas grandi et ne le fera jamais, promis...

Repost 0
Published by Marie Simon - dans La vie parisienne
commenter cet article
21 décembre 2012 5 21 /12 /décembre /2012 08:34

18 en bulles, Montmartre, ParisEncore quelques jours pour voir une chouette petite exposition parisienne. "18 en bulles" présente la bande dessinée dans le 18e arrondissement, dans le hall de la mairie, sur le flanc nord de la Butte Montmartre.

 

Les lieux emblématiques y sont reconnaissables: Sacré Coeur bien sûr, Moulin Rouge, métro aérien, sex shops... A travers les vignettes de divers auteurs, on parle des différentes facettes de l'arrondissement: histoire avec notamment la Commune de Paris (Le Cri du Peuple, bien sûr), arts avec une visite des cabarets en compagnie d'un Toulouse Lautrec très coquin (Le Bordel des Muses), ou encore société, immigration, prostitution et pauvreté... à deux pas d'un quartier si touristique.

 

Parce que la BD, ce n'est pas comme les BN, ce n'est pas que pour les enfants, courez-y jusqu'au 31 décembre!

 

M.S. qui relirait bien Tardi, tiens...

 

Infos pratiques:

"18 en bulles", la bande dessinée dans le 18e

Exposition visible jusqu'au 31 décembre

Mairie du 18e arrondissement, à la sortie du métro Jules Joffrin



Repost 0
Published by Marie Simon - dans La vie parisienne
commenter cet article
27 novembre 2012 2 27 /11 /novembre /2012 09:41

Ouh qu'il est mignon ce mini-bus qui se faufile dans les rues de Montmartre. Plus petit que les véhicules classiques de la RATP (8m de long) pour circuler plus aisément dans ce quartier particulier, le Montmartobus a une bonne bouille, non? Mis en place en 1983, entre Pigalle et la mairie du XVIIIe arrondissement, il fait partie du paysage montmartrois. Ce bus électrique ne compte qu'une vingtaine de places assises. Largement suffisant pour rendre service aux riverains de la Butte qui ne voudraient pas traîner des kilos de courses tout là-haut à bout de bras. Ou encore offrir une solution simple aux touristes qui voudraient visiter le quartier... sans payer très cher le petit train touristique! Comme le funiculaire, il s'emprunte avec un ticket de bus/métro classique.

 

Mais ses pannes et les problèmes de circulation, aussi, se sont installés dans les habitudes de Montmartre! Un point noir, au hasard: la rue des Saules, au carrefour des vignes et du Lapin Agile. Une voiture mal garée, qui dépasse? Le Montmartrobus a beau tenir dans un mouchoir de poche, il ne pourra pas négocier son virage. Quand en plus ce sont les freins qui se bloquent, comme sur cette photo prise il y a quelques semaines, il ne pourra même pas se dégager du carrefour ou s'écarter pour laisser les voitures (ou le petit train touristique) passer. Le chauffeur se tournera vers ses usagers pour leur dire qu'il est aussi impuissant qu'eux et qu'il ne reste plus qu'à attendre le véhicule de dépannage. Pratique...

 

Montmartrobus Montmartre

Ces pannes se multiplient visiblement de façon inquiétante. Les Montmartrobus électriques qui ont remplacé les modèles précédents en 2001 sont en outre "un matériel rare et en fin de vie", note EELV. "Depuis 2010, la municipalité du XVIIIe a alerté la RATP et demandé un plan de remplacement de ces bus électriques. Or, la RATP n’a jusqu’à présent pallié à ces dysfonctionnements que par l’utilisation de bus de gabarit classique fonctionnant au diesel", toujours selon les écolos parisiens qui ont demandé le renouvellement rapide des Montmartrobus avec des véhicules "plus respectueux de l'environnement et de la santé". Croisons les doigts.

 

M.S. qui a redécouvert le Montmartrobus, faute de pouvoir grimper comme un cabri récemment

Repost 0
Published by Marie Simon - dans La vie parisienne
commenter cet article
12 novembre 2012 1 12 /11 /novembre /2012 17:35

 

Pichet du Tertre, Montmartre, Paris

 

La fenêtre est ouverte, des plats attendent sur le rebord, on devine même un consommateur qui quitte les lieux, encore sur le palier du Pichet du Tertre, tout en haut de la Butte Montmartre. Cette phrase appartient au passé, il faudrait la reformuler: était, attendaient, quittait. Il n'y a plus que sur Google Street View que cette image subsiste. Dans la réalité non virtuelle, quand on glisse un oeil par la devanture, désespérément close, on devine un comptoir poussiéreux, un silence pesant. La machine à café n'a pas glouglouté depuis un an. Fermeture pour raisons d'hygiène.

 

 

Et puis un panneau a récemment fait son apparition. Un panneau qui annonce des "travaux d'aménagement d'un salon de café Starbucks Coffee". La marque avait promis une vingtaine de nouvelles adresses sur le sol français dans les prochains mois, en voici donc une. L'autorisation a été obtenue le 17 septembre dernier, ajoute la déclaration administrative. "Si le panneau est affiché, c'est que la mairie du 18e a donné son feu vert. Ca s'est passé entre elle et le propriétaire du vieux Pichet du Tertre, c'est tout", glisse-t-on au syndicat d'initiative. Un propriétaire qui la "jouait solo", d'après un restaurateur cité par Le Parisien, et qui aurait ainsi joué un "dernier sale tour" aux commerçants du quartier.

 

"Au Pichet du Tertre" rebaptisé "Au Starbucks du Tertre", c'est pour 2013. Mais la polémique est déjà lancée, via l'article déjà mentionné et via celui du Figaro. Twitter les a lus, s'est ému, a grondé très très fort, et des blogs ont repris le flambeau, comme Montmartre Addict qui s'interroge: "Esprit des lieux es-tu là?" Ou encore The Parisienne qui n'imagine pas qu'on se balade un gobelet en carton et un muffin à la main sur la place du Tertre. Ou enfin Emanu qui lance un appel au sitting tout en regrettant que le lieu s'enfonce dans le kitsch. 

 

StarbucksStarbucks à Montmartre "c'est nul", a laconiquement commenté un anonyme sur le panneau. C'est nul oui, parce que l'uniformisation des enseignes se poursuit: la place du Tertre paraissait jusqu'à présent préservée mais ne le semble plus. Certes le café et le croque-monsieur sont horriblement cher dans certaines petites adresses qui "vendent" le "lieu typique" plus que l'arabica et le bon petit plat. Certes, à l'exception de délicieuses adresses comme La Bonne Franquette, la qualité de l'assiette est à la image des croûtes que certains peintres exhibent. Mais les touristes, venus pour ressentir le grand frisson façon Amélie Poulain à quelques pas du Sacré Coeur, préfèreront-ils céder à la sirène de Starbucks et à ses breuvages qu'ils peuvent trouver partout ailleurs? Franchement?

 

C'est nul aussi pour les Montmartrois qui voient chaque jour leur quartier devenir un peu plus comme les autres alors qu'ils tiennent à l'histoire et à la réputation de leur "village". Et qui pleurent aussi quand la préservation du lieu tombe directement dans le cliché kitsch, façon boutique de souvenirs made in China, sans passer par la case valorisation du patrimoine ou mémoire des lieux. Allez plutôt à l'expo Autour du Chat Noir, au musée de Montmartre, ou lisez Les Contes du Lapin Agile, de Louis Nucéra, vous m'en direz des nouvelles, parole de Montmartroise d'adoption!

 

C'est nul enfin parce que ce n'est sans doute qu'un début. Avec la flambée de l'immobilier parisien, qui ne touche pas que les habitations, les petits commerçants auront de plus en plus de mal à transmettre leur fond de commerce en choisissant un petit repreneur qui respectera l'identité du lieu. Les voisins qui témoignent dans les deux quotidiens déjà mentionnés le disent bien: ils ont tenté de se regrouper pour éviter que l'ex-Pichet du Tertre ne se starbuckise, ils ont échoué, impuissants. Dans les années 1930, une vigne avait été plantée non loin de là, rue des Saules, pour bloquer un projet immobilier. Il faudra sans doute trouver autre chose pour les années 2010...

 

M.S. qui aime Starbucks dans les gares, les aéroports ou à la sortie du métro, mais bien moins sur la Butte Montmartre. Et qui se joint à l'appel des blogueurs pour dire NON A STARBUCKS SUR LA PLACE DU TERTRE. En caps lock, oui. Voilà.


Repost 0
Published by Marie Simon - dans La vie parisienne
commenter cet article
9 novembre 2012 5 09 /11 /novembre /2012 09:31

Chers Parisiens de souche, d'adoption ou de passage, il vous reste neuf jours, pas un de plus, pour aller dire bonjour aux Buddy Bears sur le Champ de Mars, au pied de la Tour Eiffel, lors de leur passage à Paris. Chacun des 140 ours de cette exposition itinérante représente un des pays reconnus par les Nations unies. Le modèle est le même pour tous, seuls les motifs qui les recouvrent varient. Pour le meilleur ou pour le pire. Voici quelques exemples.

 

Je commence par Cuba de façon égoïste parce que je pense déjà à mes futures vacances... L'île a bien sûr affublé son ambassadeur de 2 mètres du gros cigare national.

 

buddy bears champ de mars paris (7)

 

L'Afghanistan joue la carte paysage. Sur son ventre, une femme étreint un enfant. Non, le ciel afghan n'est pas encore sans nuage.

 

buddy bears champ de mars paris (4)

 

Les Etats-Unis, eux, font référence à la statue de la Liberté. Une réplique de sa flamme, taille réelle, est par ailleurs visible au Pont de l'Alma, pour ceux qui veulent poursuivre la balade.

 

buddy bears champ de mars paris (9)

 

Pas de cigare ni de flamme pour l'Irlande, mais un Leprechaun roux tout de vert vêtu. Chapeau et pipe au rendez-vous, mais où est son chaudron de pièces d'or?

 

buddy bears champ de mars paris (12)

 

L'ours du Qatar est assez diabolique! Le sourcil ourlé, la dent cruelle, des flammes rouges et noires, je ne vois pas vraiment le rapport avec le pays, mais l'ours fonctionne.

 

buddy bears champ de mars paris (3)

En Malaisie, on change radicalement de ton, l'univers est plus enfantin, avec un Winnie couleur locale.

 

buddy bears champ de mars paris (1)

 

N'ayons pas peur des mots. La Bolivie a simplement défiguré son ours. Est-ce un dragon, un monstre, une chimère? On est en plein cauchemar...

 

buddy bears champ de mars paris (5)

 

Pour ne pas vous laisser sur cette vision d'horreur, finissons par un labyrinthe en noir et blanc venu de Bulgarie.

 

buddy bears champ de mars paris (6)

 

Et ce travail fin et calligraphié de l'artiste d'Iran.

 

buddy bears champ de mars paris (11)

 

Non, je ne vais pas vous faire les 140 comme ça, j'arrête. Les Buddy Bears vous attendent sur le Champ de Mars jusqu'au 18 novembre... et sont aussi visibles sur le site officiel de l'opération. Mais c'est moins drôle... Et vous ne pourrez pas étreindre les grosses bêtes comme ce petit garçon qui faisait un câlin, consciencieusement, à tous les ours, comme ici à celui de l'Algérie.


buddy bears paris champ de mars gamin

M.S. qui aurait bien acheté un ours miniature sur le site... Mais 55-60 euros, c'est bien trop cher!

 

PS: Merci à Alain de m'y avoir fait penser, mais avant les ours, nous avions eu un défilé de vaches colorées dans les rues de Paris. Souvenez-vous...

 


Repost 0
Published by Marie Simon - dans La vie parisienne
commenter cet article