Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

C'EST QUI M.S. ?


Bienvenue à tous sur le blog d'une jeune Parisienne d'adoption... Cliquez sur la photo, et vous en saurez plus...

City Expert: Paris
by Easytobook.com

SUIVRE LE FIL

LA P'TITE PAUSE

Music please! Je renonce à classer cette sélection, je vous laisse piocher :-).

Découvrez la playlist Inside Paris list
22 octobre 2007 1 22 /10 /octobre /2007 18:27

Aujourd’hui, 22 octobre 2007, date à conserver dans les annales : Paul McCartney revient à l’Olympia pour « seulement » la troisième fois de sa longue carrière, après y avoir joué et chanté avec les Beatles en 1964 puis les Wings en 1972. Mister Inside Paris étant un fan inconditionnel, il fallait au moins tenter d’assister à ce concert historique !

5h30 – Lever difficile, très difficile ! Préparation de nos affaires, petit déj consistant et douche revigorante avant le départ. Serions-nous inconscients d’acheter les billets le jour même ? Même pas vrai, nous n’avions pas le choix : les 2000 places sont mises en vente à 11h à l’Olympia, aujourd’hui, point barre.

7h ou un peu avant – Nous arrivons devant l’Olympia. Face à l’entrée de la salle, des fans sont encore allongés : ils ont dormi là, couvertures et guitares pour compagnes. Certains sont même là depuis dimanche 14h30. Plus loin, le trottoir du Boulevard des Capucines est déjà bondé d’aspirants spectateurs de toutes les générations ! Pire, la rue Scribe, qui fait l’angle, est elle aussi à moitié remplie ! Sans grand espoir, nous nous installons tout près de la boutique Nespresso, à côté d’un George Clooney que j’adore mais qui, pour le coup, semblait nous narguer un brin… Et l’attente pouvait commencer.

9h – Il fait jour depuis peu. Nous avons réussi à avancer, grâce à des regroupements à l’avant de la file, jusqu’au coin de la rue, le coin des courants d’air. Youpi ! Il doit faire dans les 5°C, on ne sent déjà plus nos pieds. Mister Inside Paris va faire un tour pour se dégourdir les jambes… et revient les mains pleines. Un cappuccino, un café au lait, un cookie et un muffin. Miam ! On se régale, c’est pas bon pour le régime mais tant pis.

10hTout le monde y va de son comptage personnel. Il y aurait 1000 personnes devant nous. Plus ou moins. Pour les 2000 places de l’Olympia (version fosse ouverte), c’est jouable, alors on continue. Ces trois heures de patience ne seront pas perdues. Pendant ce temps, les télés et radios viennent interroger les fans, surtout à l’avant, mais aussi à notre niveau, pour savoir si nous avons un espoir d’y arriver. Merci de nous remonter le moral ! La queue semble se tasser, dans un joyeux bazar. Mais c’est déjà pas mal, étant donné que cet ordre de marche n’est issu que de la bonne volonté et de l’autodiscipline des personnes présentes. L’Olympia n’a rien fait pour et tiendra cette ligne de conduite jusqu’au dernier moment !

11h – Au niveau de la boutique Gap, nous entendons les hourra à l’avant de la foule : les guichets ont ouvert.

12h – Les spectateurs avancent par vagues, nous progressons mètre après mètre, pendant que des sifflets s’élèvent devant nous : des petits malins ont tenté de doubler tout le monde. Mais la foule disciplinée ne l’entend pas de cette oreille. Non mais.

13h – Deux heures de guichets et seulement quelque 500 places vendues, à peu près, d’après les estimations savantes de nos voisins ! Nous alternons pour faire des pauses, marcher et aller au café d’à côté pour se réchauffer un brin. Mon cher mal de dos, un temps oublié, revient se manifester, forcément. Quelques petits étirements sur le trottoir et ça passe temporairement. Je reçois quelques regards incendiaires à cette occasion : et pour cause, je me trouvais alors sur le territoire de la deuxième file d’attente, celle de ceux qui avaient dormi sur place et déjà obtenu leur billet et leur bracelet, double sésame nécessaire pour assister au concert le soir même, à 20h30. On ne perd pas de temps pour pouvoir approcher Paul !

14hCa n’avance plus. Les rumeurs courent : plus de places assises en balcon, plus que 400 places à vendre (où sont passées les autres puisque nous n’avancions plus…), puis plus que 200 places… La première était vraie, pas les autres ! Alors on insiste, on pousse légèrement et on avance.

15h – Nous voilà juste derrière le dos du vigile qui filtre la foule à 20 mètres des guichets. Et là, miracle, je passe… mais pas ma moitié ! J’avance à reculons, demandant du regard au vigile de libérer Mister Inside Paris, bien plus fan que moi, soit dit en passant. Il finit par me rejoindre, ses voisins ayant fait pression et commençant à se scandaliser du fait qu’on nous sépare si injustement !

paul-macca.jpg15h30Le sésame est à nous. Deux billets en main, après que le lecteur de cartes bleues a ruminé la mienne pendant 3 minutes, et deux bracelets à nos poignets. C’est bon !! Nous ne sentons plus nos pieds, nous avons le dos en compote et les yeux irrités par le froid, mais c’est bon.

16h – Retour à la maison pour déjeuner, se doucher, surfer un peu, apprendre que nous étions 3000 sur place, se reposer voire dormir, écrire ce post, et se préparer pour aller de nouveau à l’Olympia pour le concert.

18h30 – C’est reparti, mon kiki ! A plus tard pour la suite de cet épisode !

M.S.

Partager cet article

Repost 0
Published by Marie Simon - dans La vie parisienne
commenter cet article

commentaires

Sébastien 23/10/2007 16:31

OUI il l'était. Un très grand moment: une ambiance incroyable et des chansons reprises en coeur par 2.000 personnes.Ca valait bien ces longues heures d'attente.Mais encore une fois: zéro pointé pour l'Olympia !!! Plus mauvaise organisation me paraît difficile.It's been a hard days night...

Marie Simon 23/10/2007 18:20

... que tu nous raconteras ici même, ô toi, grand malade de McCartney qui m'a embarquée là dedans, ce que je ne regrette pas une demi-seconde :-))))) ! A suivre, chers internautes !

Constance 22/10/2007 23:19

Il n'y a qu'un mot à dire: toute mon admiration et celle dde mes collègues pour une telle prouesse et acharnement. J'espère que Sir Paul était dans une forme solaire !

Marie Simon 23/10/2007 18:19

Merci miss ! Sir Paul était à la hauteur de notre attente (dans tous les sens de ce terme) !