Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

C'EST QUI M.S. ?


Bienvenue à tous sur le blog d'une jeune Parisienne d'adoption... Cliquez sur la photo, et vous en saurez plus...

City Expert: Paris
by Easytobook.com

SUIVRE LE FIL

LA P'TITE PAUSE

Music please! Je renonce à classer cette sélection, je vous laisse piocher :-).

Découvrez la playlist Inside Paris list
5 août 2014 2 05 /08 /août /2014 21:44

Bonjour à tous,

 

Oui, d'ordinaire, je ne dis pas "bonjour" en début de post, quelle impolitesse! Mais cette fois, dans la mesure où cette entrée suit quelques mois de silence radio, il fallait bien un "bonjour" pour reprendre la parole et le clavier ici. Un "bonjour" pour introduire un "au revoir", en réalité.

 

Car si je me tais, c'est sans doute parce que j'ai moins de choses à raconter ici. Par manque de temps d'abord. Ces derniers mois ont été très riches en nouveautés: outre mon activité journalistique à L'Express et ma vie privée (si si!), j'ai joué les "visiteuses de chats" temporairement pour ChaPacha et j'ai aussi fait mes premiers pas sur les planches dans le cadre d'un atelier théâtre pour amateurs à Montmartre. Deux expériences très enrichissantes. Si la première est désormais terminée, la deuxième est une aventure qui ne fait que commencer. J'ai attrapé le virus.

 

Mais je me tais aussi par manque d'inspiration et d'envie, je l'avoue. Mon usage "parisien" de Twitter et d'Instagram a largement cannibalisé les éventuels posts à rédiger pour Inside Paris. Il m'est souvent arrivé de me dire "Tiens, j'ai deux ou trois photos de street art qui pourraient être mixées dans un post sur tel thème...", "Tiens, j'ai rendu visite à mes filleuls du parc de Vincennes, il faudrait que je raconte ça..." ou encore "Tiens, ce spectacle, il faut que j'en fasse un petit écho"... mais je suis passée de plus en plus rarement à l'acte d'écriture ici, préférant des photos Instagram ou deux petits tweets sur le vif.

 

Je n'exclue pas de retrouver temps, inspiration et envie pour nourrir Inside Paris. Mais pour l'heure, il me paraît plus honnête de vous dire "au revoir" ici. Pas "adieu", évidemment. En attendant, on se revoit sur les réseaux sociaux. ;)

 

M.S. qui a si souvent écrit ce post dans sa tête ces dernières semaines...

Partager cet article

Published by Marie Simon - dans La vie du blog
commenter cet article
12 avril 2014 6 12 /04 /avril /2014 09:05

tinus lamantin zoo vincennes paris

Haaaaave you met Tinus? Tinus est un lamantin âgé de 24 ans et j’ai la chance d’être sa marraine. Enfin je fais partie de la liste de parrains et marraines qui ont décidé de soutenir ce bon gros pépère lors de l’opération lancée par le Parc Zoologique de Paris avant sa réouverture programmée ce week-end.

 

Pourquoi lui et pas un autre? En l’occurrence, j’ai parrainé un autre animal mais je ne me souviens plus lequel, honte sur moi. Cela pourrait être Mojo le pudu ou Tana la grenouille tomate, mais je ne sais plus… Et le site du zoo plante une fois sur deux, victime de son succès ou d’une opération de maintenance.

 

De toute façon, c’est Tinus qui m’a tapé dans l’oeil, un point c’est tout. Son air placide de “vache marine”, la vulnérabilité de son espèce à l’état sauvage, sa date de naissance (début octobre, comme moi)... Autant d’arguments qui plaidaient en sa faveur, à mes yeux. Et surtout, quand j’ai vu la liste des filleul(e)s proposés par le Zoo de Vincennes, une chose m’a frappée: les félins, les oiseaux colorés et autres manchots rigolos allaient facilement trouver des protecteurs. Les girafes ont attiré les projecteurs sur elles seules lors d’une inauguration people… Et même les loutres ont dû avoir du succès, alors que ces animaux ne sont pas aussi gentils qu’il n’y paraît.

 

Alors que mon pauvre Tinus avec ses 600 kg de bourrelets bien gras, et ses copains amochés par les hélices de bateau dans la zone Amazonie-Guyane-Caraïbes… Qui allait les défendre? Certainement pas les enfants qui allaient sans doute guider le choix des parents-parrains au moment de cliquer sur l’animal à sponsoriser. La dernière fois que j’ai vu des lamantins au Zooparc de Beauval, les mioches les disaient trop “moches” pour être aimés. Sales gosses! Tinus n’est pas moche: il n’a pas un physique facile, c’est tout.

 

M.S. qui aime bien les bourrelets de Tinus


Partager cet article

Published by Marie Simon - dans La vie parisienne
commenter cet article
30 mars 2014 7 30 /03 /mars /2014 15:24

"Oh vous savez, moi je suis Montmartroise depuis quelques années...", confiait hier une grand-mère à un jeune homme dans le bus 80. Ce dernier venait de lui confier qu'il n'était Montmartrois d'adoption "que" depuis 4 ans. Coquette, la vieille dame ajoutait, le sourire dans les yeux: "Mais je suis plus jeune que La Mère Catherine, tout de même! D'ailleurs, on fête son bicentenaire ce week-end, vous devriez y faire un tour!"


paris, montmartre, place du tertre, mère catherine

 

Témoin de la discussion, j'ai évidemment suivi le conseil adressé au jeune homme et grimpé à la place du Tertre, que je fuis d'ordinaire, peu friande des bains de foule. Sur la devanture rouge de La Mère Catherine, fameux restaurant de la place, un panneau confirme qu'il y a bien un anniversaire à arroser ce week-end. Mais pas celui du restaurant, non, celui des "bistrots". On y lit:


"Le 30 mars 1814, les Cosaques lancèrent ici en premier leur très fameux "bistro"
et, sur la butte, naquit ainsi le digne ancêtre de nos bistrots".


Oh, les Cosaques venus occuper Paris après avoir poursuivi Napoléon pendant 2 ans d'est en ouest ne fréquentaient pas que la butte Montmartre, comme le montre ce tableau du musée Carnavalet. Mais "ils venaient souvent Chez La Mère Catherine boire un verre ou deux…  N’ayant pas l’autorisation de leurs officiers, ils s’exclamaient « Bistro ! Bistro !» (« Vite ! Vite !» en russe), expression qui a donné leur nom à nos actuels bistrots", raconte le site officiel de l'institution fondée en 1793. Soit encore plus vénérable que ne le pensait la grand-mère du bus 80. Mais chut, ne jamais commenter l'âge des dames!


M.S. qui préfère La Bonne Franquette à La Mère Catherine...

 

Partager cet article

Published by Marie Simon - dans La vie parisienne
commenter cet article
29 mars 2014 6 29 /03 /mars /2014 10:52

Le-Porteur-d-histoire portrait w193Son Porteur d’Histoire m’avait déjà épatée. Son Cercle des Illusionnistes m’a tout simplement étourdie. Dans les deux cas, Alexis Michalik tricote son récit avec une habileté et une finesse qui m’ont emballée. Je suis sortie très émue de ces deux pièces qui, pour moi, sont de véritables déclarations d’amour aux conteurs… qu’il est paradoxalement bien difficile de raconter sans déflorer le propos.


Plutôt que de résumer ces deux pièces (d’autres le font mieux ici et ), je préfère donc mettre l’accent sur l’atmosphère qui s’en dégage. Dans chacune de ces expériences, Alexis Michalik nous raconte une histoire mêlée à d’autres histoires, parfois à des siècles de distance, le tout inscrit dans l’Histoire. Vous suivez? Le voyage n’est pas que temporel, il est aussi géographique: vous irez dans le désert algérien en avion et vous découvrirez des tours de magie en bords de Loire ou de Tamise, par exemple. Il aime “tordre l’espace-temps”, résume-t-il dans 20 minutes.


Le-Cercle-des-illusionnistes referenceVos compagnons de voyage? Alexandre Dumas, une tsarine, une Reine de France, Georges Méliès et bien d’autres figures réelles. Pour incarner cette pléiade de personnages, la troupe est réduite. Chaque comédien revêt littéralement plusieurs costumes… Les changements se font parfois sur le plateau même, en même temps qu’un ballet ingénieux pour modifier le décor. Le tout est intégré dans la mise en scène, la pièce se construit sous nos yeux. Les coutures sont parfois un peu trop apparentes. Point faible ou point fort? A vous de voir. Pour moi, cela participe du charme qu’opèrent ses pièces.


Ne risque-t-on pas de décrocher? Si, parfois. J’avoue que l’un des détours historiques du Cercle des Illusionnistes m’a un peu perdue, dans la mesure où je ne voyais pas le rapport immédiat avec l’histoire racontée précédemment. Mais faites confiance à Alexis Michalik et aux comédiens pour vous rattraper rapidement, par un clin d’oeil, un trait d’humour, une précision, un mot-clé… Et hop, vous voilà réembarqué dans leur manège enchanté. Magique! J’attends avec impatience la troisième chasse au trésor qui nous sera proposée… Monsieur Michalik?

M.S. qui a encore la tête qui tourne


Informations pratiques

Le Cercle des Illusionnistes
Prolongé jusqu'au 29 juin au Théâtre de la Pépinière
7, rue Louis Le Grand, 75002 Paris

Le Porteur d’histoire
Jusqu’au 29 juin 2014 au Studio des Champs Elysées
15, av Montaigne, 75008 Paris
Et aussi en tournée en France actuellement, les dates ici.

Partager cet article

18 février 2014 2 18 /02 /février /2014 23:30

photo (20)

 

"Manger une gaufre, la prendre à emporter. Vin et fromage. Prendre une photo du Moulin Rouge, un truc de dingue! Ecrire un message. Livre." Voilà le programme, griffonné sur un post-it, que ce tourisme hispanophone a laissé dans l'ascenseur de la station Abbesses. Manger une gaufre semble prioritaire, c'est entouré! Pour moi qui adore cultiver mon côté touriste à Paris, même après avoir habité dans la capitale depuis 10 ans, vous pensez bien que ce petit post-it est un véritable cadeau. Des to-do lists comme celle-ci, j'aimerais en faire tous les jours. Sans forcément engouffrer une gauffre tous les jours, notez bien... ;)

M.S. qui fait souvent des listes... mais elles sont moins fun!

 

Partager cet article

Published by Marie Simon - dans Streets of Paris
commenter cet article
12 février 2014 3 12 /02 /février /2014 10:05

mangez le si vous voulez théatre tristan bernard paris"Mangez-le si vous voulez!" A l'image de cette invitation cannibale - car il s'agit bien là d'un homme que l'on vous invite à "manger" - c'est une histoire éprouvante qui vous attend au théâtre Tristan Bernard. La déclinaison sur scène du récit de Jean Teulé glace le sang, autant que son petit roman qui revisite un fait divers survenu en 1870 en Dordogne.

 

Voici donc l'histoire d'Alain de Monéys. Elle finit mal, vous l'aurez compris. Le jeune homme se rend au marché de sa petite commune et, en chemin, croise ses amis, ses proches, ses électeurs aussi. Car il est élu. Il est respecté, notamment pour ses connaissances en matière d'urbanisme. Enfin il était... Ceux qu'il croise ce jour-là vont devenir ses bourreaux à cause d'une phrase mal comprise qui le fait passer pour Prussien alors qu'il va justement partir au front côté français.

 

C'est le délire d'une foule qui prend l'un des siens pour bouc-émissaire que l'on observe là, dans cette histoire revisitée par Jean-Christophe Dollé. Sa performance est impeccable: tour à tour narrateur, victime, bourreaux, il les porte tous en lui. Les personnages féminins campés par Clotilde Morgiève, souvent muette, les yeux écarquillés, tiennent le plus souvent lieu de témoins impuissants et/ou de victimes collatérales alors que l'atmosphère se fait oppressante. Cran par cran, on sombre avec eux dans la folie de ces personnages déboussolés. Jusqu'au bout de l'horreur. 

 

Curieusement, on rit aussi de temps en temps. Entre deux grimaces de dégoût ou un "Oh non, ils ne vont tout de même pas... Ah si." Une intervention historico-scientifique ou une expérience gastronomique viennent de temps en temps en contre-point. C'est souvent osé, inventif, surprenant, mais ça passe. Mention spéciale pour la comptine où l'on dénonce cet "enculé de Prussien" sur un air enfantin. Glaçant.

 

M.S. qui a envie de relire les mots de Jean Teulé!


Infos pratiques
Mangez-le si vous voulez, pièce tirée du roman de Jean Teulé
Théâtre Tristan Bernard
64, rue du Rocher 75008 Paris
Métro Villiers

Jusqu'au 28 février
A partir de 11 euros 

Partager cet article

5 février 2014 3 05 /02 /février /2014 10:21

seagirlsEnvie de rire et de vous réchauffer? Venez donc applaudir les Sea Girls au cabaret La Nouvelle Eve. Ces quatre drôles de dames sont pétillantes comme les coupes de champagne que les spectateurs peuvent acheter au bar pour agrémenter leur soirée (12 euros la coupe tout de même). Petites lampes sur les tables, anges coquins au-dessus du cadre de scène, maquillages outranciers et plumes sur la tête: vous êtes au music-hall... et vous allez bien vous marrer!

Qu'elles vous racontent leurs déconvenues sentimentales, délirent sur le sort d'un pauvre petit lapin (cajolé avant de mal finir...), ratent un tour de magie au ralenti ou décoiffent/déshabillent (voire plus si affinités) un spectateur, ces nanas-là tiennent leur spectacle de A à Z. Déjantées et coquines, elles ne mettent pas bien longtemps à conquérir le public. J'en ai presque oublié de siroter mon champagne, samedi soir!

Non seulement elles sont drôles, mais elles chantent et dansent fabuleusement bien. Leurs textes ciselés sont notamment signés Jean-Max Rivière... le père de l'une d'entre elles, Prunella Rivière, et le père aussi du célèbre "Un petit poisson, un petit oiseau", note France Info. Elles en livrent d'ailleurs une version drôlissime et très touchante, entre deux chansons burlesques.

Et quel dynamisme sur scène! "Oh ben c'est pas facile... surtout à 50 ans!", plaisante l'une d'entre elles en trichant d'au moins 15 ans, à la sortie du spectacle. Car elles le poursuivent dans le hall, pour vendre leur produits dérivés bien sûr, mais aussi pour papoter. Et du répondant, elles en ont. Mettez-les nez-à-nez avec un gamin à tétine... et c'est parti pour une impro sur la mauvaise haleine. 

M.S. qui a quand même fini son champagne!

Infos pratiques

Les Sea Girls
Cabaret La Nouvelle Eve
25 rue Fontaine, Paris 9, métro Blanche
Les jeudi, vendredi et samedi à 20h30, jusqu'au 29 mars
Tarif: 24 euros sur Billetreduc

Partager cet article

29 janvier 2014 3 29 /01 /janvier /2014 10:51

Nathalie Kosciusko-Morizet veut "donner une nouvelle vie aux stations fantômes" du métro de Paris, si elle est élue maire de la capitale en mars prochain. Haxo (19e), Les Lilas (19e-20e), Champ-de-mars (7e), Porte Molitor (16e), Arsenal (4e), Croix-Rouge (6e), Saint-Martin (3e-10e)... Ces noms ne vous disent pas grand chose? A moi non plus. Du coup, forcément, ça titille ma curiosité. 

Des "stations fantômes"? J'en avais déjà entendu parler, mais sans jamais creuser la question. Alors hier soir, j'ai creusé! A quelques jours de la nouvelle édition de Paris Face Cachée, la tentation était trop forte.

Nombre des stations mentionnées ont été fermées en 1939, faute de personnel disponible alors que la Seconde guerre mondiale mobilisait les Français. Certaines ont été avalées lors de rénovation de stations plus importantes ou de prolongations de lignes. D'autres enfin n'ont simplement jamais ouvert! Là où ces stations "sommeillent sous les pavés", la candidate UMP voit déjà des "espaces festifs" dans certaines d'entre elles, en bleu clair sur cette carte. Il y a aussi celles qu'elle ne mentionne pas, en orange, pour la plupart des stations déplacées ou fusionnées.

EDIT du 01/02/2014: quelques projets de deux architectes ont été mis en ligne sur le site de NKM, où l'on découvre la station Arsenal reconvertie en longue piscine, en salle de spectacle ou en espace festif. 

 

 

Et les autres candidats? Que proposent-ils d'original en matière de "réinvention"? Anne Hidalgo (PS), elle, mise sur la petite ceinture en gardant son côté "poumon vert" de Paris, imagine un téléphérique entre les gares de Lyon et Austerlitz, et veut piétonniser l'avenue Foch dans le 16e arrondissement. Christophe Najdovski (EELV) voit déjà une ligne de tramway le long de la Seine, d'est en ouest, doublé d'une grande coulée verte, voire d'un "Central Park" de Paris entre le pont des Arts et le port de l’Arsenal.

M.S. qui attend impatiemment Paris Face Cachée ce week-end!!!


Partager cet article

Published by Marie Simon - dans La vie parisienne
commenter cet article
16 janvier 2014 4 16 /01 /janvier /2014 09:26

Plus je m'intéresse au street-art, plus je me rends compte que les petits détournements du quotidien me plaisent davantage que les grandes fresques, aussi travaillées soient-elles. Quelques exemples ici. Ou sur la page de oakoak.

Et les rues de Paris fourmillent de ce genre de détournements. Vous n'avez pas pu échapper aux bonhommes noirs associés aux panneaux de sens interdit. Ils sont signés Clet Abraham. Certains enjambent la bande blanche qui peut aussi figurer le pare-brise derrière lequel l'un d'eux conduit. Mais d'autres exemples plus originaux fleurissent aussi, entre Atlas, tonnerre de Zeus... et fiente de pigeon! L'artiste détourne aussi d'autres types de panneaux signalétiques mais veille toujours à ne pas nuire à leur lisibilité.

 

Street Art Sens Interdit

 

Street Art Sens Interdit

 

Street Art Sens Interdit

 

Street Art Sens Interdit

 

Autre détournement: les bandes blanches sont parfois habillées d'une paire d'yeux, au caractère bien différent selon les panneaux. Curieux, ronds ou inquisiteurs, ils donnent vie au coin de la rue.


 Street art Paris

 

Street art Paris

 

M.S. qui croise tous les jours ces regards

P.S. : Un petit Raymond Devos pour le plaisir, avec plein de sens interdits dedans...


 

 


Partager cet article

Published by Marie Simon - dans Streets of Paris
commenter cet article
10 janvier 2014 5 10 /01 /janvier /2014 11:29

gauthier fourcadeNouvelle année, nouvelle rubrique! Inaugurons cette nouvelle rubrique consacrée aux spectacles dont Paris regorge avec un one-man-show atypique qui va faire travailler vos méninges et vos zygomatiques. Gauthier Fourcade vous révèle Le Secret du Temps Plié, à la Comédie Bastille, où son spectacle a été prolongé jusqu'en mars. Prolongations plus que méritées pour celui que ma collègue de L'Express compare, à juste titre, à Raymond Devos.


Allez vite l'écouter vous parler de temps qui passe, d'amour, de bonheur, de nuit qui tombe, de dinosaurore et de vidange... Seul en scène, l'auteur-comédien joue avec les mots, jongle, invente, entremêle notions scientifiques et philosophiques. Les premières, cet ingénieur de formation les a acquises lors de son cursus universitaire, mené en parallèle de son goût naissant pour la scène. Les secondes, il les a découvertes plus tard, au fil de ses lectures. "Histoire de ne pas raconter n'importe quoi, quand même", dit-il.


Et ce qu'il raconte, en effet, ce n'est pas n'importe quoi! Son propos est parfois absurde, certes, mais bougrement logique et surtout très émouvant. A fleur de peau, Gauthier Fourcade vous étourdira et finira par vous cueillir, entre deux rires. Promis. Le charme opère encore la troisième fois, d'après l'amie qui m'a fait découvrir son univers avec un autre de ses spectacles, Le bonheur est à l’intérieur de l’extérieur de l’extérieur de l’intérieur, ou l’inverse. Ce titre prend tout son sens au fil de sa démonstration, si si. Mais son Secret du Temps Plié m'a davantage touchée. Courez-y pour ne pas voir le temps passer avec lui!



Itw Gauthier Fourcade par Julien Barret par zoobooo


M.S. qui adore ces moments de poésie

 

Informations pratiques:

Le Secret du Temps Plié, de et avec Gauthier Fourcade
Comédie Bastille, 5 rue Nicolas Appert, Paris 11e
Métro Chemin-Vert, Bréguet-Sabin, Richard-Lenoir
Dates, horaires et tarifs à consulter ici 


Partager cet article